Des ex-rebelles avouent : « Nous regrettons l'absence de Gbagbo »
Ivoirematin - Publié le: 12-08-2017 - Mise-à-jour le: 12-08-2017 - Auteur: Diaby
Des ex-rebelles avouent : « Nous regrettons l'absence de Gbagbo »
Un nouveau mouvement vient de voir le jour. Il s'agit de l'Amicale des forces nouvelles. Et c'est son président Félicien Sécongo, qui l'a révélé au grand public. C'était hier, lors d'une conférence de presse à Cocody. Ce mouvement envisage de faire la promotion du discours de paix et de réconciliation prôné par le président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro. De ce fait, Félicien Sécongo, a regretté l'absence de l'ancien président Laurent Gbagbo dans le processus de la réconciliation nationale.
« (.) A ce stade de mon propos, nous nous permettons de regretter l'absence du président Gbagbo, co-initiateur et co-animateur du dialogue inter-ivoirien signé à Ouagadougou en mars 2007, (.) Quand nous disons que nous regrettons l'absence du président Laurent Gbagbo, c'est dans un cadre précis et c'est sérieux. (.) Nous aurions voulu qu'a ce stade de la vie de notre pays, que le président Gbagbo soit là, lui qui constitue donc une des personnes aptes et averties tout comme Guillaume Soro dans la conduite des négociations, il aurait donc été  utile pour l'avancée de ce dialogue entre Ivoiriens. Et lequel dialogue est censé pour nous, de conduire la Côte d'Ivoire à la réconciliation », a avoué Félicien Sécongo.
 
Rédigé par: Bonébo   le: Lundi 14 Août 2017
Si tous s'accordent sur la personne de gbagbo pour que la réconciliation inter-ivoirienne soit, c'est que gbagbo était vraiment dangereux. Combien d'ivoiriens valeureux sont hors du pays du fait de cette crise stupide ? Combien en sont morts !? Et c'est la seule personne de gbagbo qu'il nous faut pour inscrire tous ces drames en purs pertes et profits. Il faut le faire. Les négros sont vraiment formidables. Reléguer au dernier plan, tous leurs drames pour se satisfaire d'un simple membre du parti auquel on a librement adhéré. Six ans après ce 11 avril 2011, aucun et aucun y compris tous ceux qui DISENT avoir vu gbagbo dans sa cellule dorée de Korhogo et LAHaye,aucun n'a osé porté au grand jour la part de vérité et de responsabilité du fpi/lmp/gbagbo dans toutes ces crises que le pays a vécues. Que ceux ci ne pleurent pas les victimes, c'est leur choix mais de grâce qu'ils nous fassent savoir leur peines pour leurs militants victimes co-latérales des crises. Pleins sont dans la sous région malgré eux entre autres calamités. gbagbo et sa clique devront avoir honte, de rétorquer à cette accusation, les preuves, de jouer dans la défensive. Oe donc, aucun d'eux n'a eu le souci de protéger les ivoiriens ou de réunir des éléments de preuve pour le cas où...
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 14 Août 2017
"KANEGNON" c'est très simple. La réconciliation c'est une question individuelle. Ce n'est pas l'affaire de Gbagbo, de Soro ou de qui que ce soit d'autre. La réconciliation c'est une affaire du coeur, il ne faut pas d'intermédiaire, de manipulateur, de profiteur pour instrumentaliser cela dans un but politique (c'est à dire de s'accaparer un morceau du "gâteau"). Si certains prennent en otage cette supposée réconciliation en espérant qu'on va les payer pour cela, ou les libérer, ou les débarrasser de procédures judiciaires embêtantes parce qu'ils se sont mal comportés, je pense qu'ils font fausse route. SI les ivoiriens sont divisés, c'est parce qu'ils le veulent bien !!!!
Rédigé par: KANEGNON   le: Lundi 14 Août 2017
LE FORESTIER DE LAHOU PEUT-IL NOUS EBAUCHER SA VISION DE LA RECONCILIATION AU LIEU D'ETRE LA A TIRER A BOULETS ROUGES SUR GBAGBO DES QU'ON PARLE DE GBAGBO. DIS NOUS COMMENT ON PEUT RECONCILIER LES IVOIRIENS SANS GBAGBO. LES IVOIRIENS TE SERONT RECONNAISSANTS.PARCE QUE CELA FAIT SIX ANS MAINTENANT ET DEJA DEUX MANDATS POUR OUATTARA QUI MANOEUVRE POUR EN AVOIR UN TROISIEME ET JUSQUE LA LES IVOIRIENS SONT DIVISES.
Rédigé par: KANEGNON   le: Lundi 14 Août 2017
LE FORESTIER DE LAHOU PEUT-IL NOUS EBAUCHER SA VISION DE LA RECONCILIATION AU LIEU D'ETRE LA A TIRER A BOULETS ROUGES SUR GBAGBO DES QU'ON PARLE DE GBAGBO. DIS NOUS COMMENT ON PEUT RECONCILIER LES IVOIRIENS SANS GBAGBO. LES IVOIRIENS TE SERONT RECONNAISSANTS.PARCE QUE CELA FAIT SIX ANS MAINTENANT ET DEJA DEUX MANDATS POUR OUATTARA QUI MANOEUVRE POUR EN AVOIR UN TROISIEME ET JUSQUE LA LES IVOIRIENS SONT DIVISES.
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 14 Août 2017
@Forestier: L'agitation de Soro et de ses suiveurs est une nécessité de survie politique pour Soro. Dans une Côte d'Ivoire où l'influence des partis politiques est encore très forte, le chef de l'ex-rébellion aura besoin d'un appareil politique solide pour mener son combat. C'est là justement un handicap susceptible de le freiner dans sa course. Quelques constats : Primo, le microcosme politique ivoirien, il faut le souligner, est dominé par trois grands partis politiques : le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci) d'Henri Konan Bédié, le Rassemblement des Républicains (Rdr) d'Alassane Ouattara, le Front populaire ivoirien (Fpi) de Laurent Gbagbo, détenu. Soro n'est militant ni du Pdci, ni du Fpi. Au Rdr, sous la bannière duquel il s'est fait élire député de Ferké, il reste l'homme à combattre. L'actualité politique est encore en effervescence à cause de la bataille sans merci entre les pro-Soro et le parti au pouvoir. Alphonse Soro, ex-membre du cabinet du Premier ministre, Méité Sindou, ex-secrétaire à la Bonne gouvernance, Issiaka Fofana, ex-Dg de la Lonaci, et Konaté Zié qui officiait au Conseil du café et du cacao, ont fait les frais de leur engagement pour Soro, en perdant leurs postes respectifs. Une situation qui indique bien que le président du Parlement ivoirien est dans le viseur des dirigeants actuels. De sorte que Soro apparaît comme une personnalité isolée sur le plan politique. Il peut indéniablement revendiquer en Côte d'Ivoire, un grand nombre de partisans, mais il lui faudra être adoubé par l'une des grandes formations politiques représentées sur l'ensemble du territoire national, ou alors tisser des alliances solides dans sa marche vers le palais. Tous les observateurs de la politique ivoirienne sont unanimes sur le fait qu'aucune formation politique ou candidat indépendant, ne peut à lui seul remporter des élections présidentielles en Côte d'Ivoire. Il faut nécessairement faire des alliances. Avec qui Soro va t-il faire chemin en 2020 ?
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 14 Août 2017
Sera t-il ou non candidat à la présidentielle de 2020 ? A trois ans de cette échéance qui met déjà la scène politique ivoirienne en ébullition, Guillaume Soro garde encore le secret. « Ai-je fait acte de candidature pour qu'on parle de renonciation ? Évitons d'alimenter une polémique inutile. Je l'ai déjà dit : en 2020, je privilégierai l'intérêt collectif. Ce qui me préoccupe le plus dans l'immédiat, c'est ouvrer à la stabilité du pays aux côtés du président de la République », déclarait-il au cours de l'interview qu'il a accordée à l'hebdomadaire Jeune Afrique (JA) N°2943 du 4 au 10 juin 2017. A sa suite, c'est le président Henri Konan Bédié du Pdci Rda qui lâchait cette autre phrase : « Soro n'est pas intéressé par 2020, il me l'a dit », in Jeune Afrique, édition du 18 au 24 juin 2017. Dans une note signée de son directeur de cabinet, Bakary Daho, à la mi-avril dernier, Guillaume Soro rappelait à l'ordre tous ses proches qui se lançaient dans un débat autour de sa candidature à la succession du président Alassane Ouattara. Le communiqué précisait alors qu'il est «indécent et inopportun de s'incruster dans un débat sur d'hypothétiques et évanescentes ambitions obsessionnelles pour 2020 qui n'apporte et n'améliore en rien le quotidien des Ivoiriens. Le président Soro n'a d'autre ambition que de travailler au rayonnement de l'Institution parlementaire dont il a la charge et de se focaliser sur les problèmes et le quotidien des Ivoiriens dont il est l'un des représentants ». Il ne serait donc pas candidat à la prochaine élection présidentielle. Stratégie politique ou aveu à prendre au sérieux ? Pour l'heure, et même s'il ne dévoile pas son agenda politique, le bouillonnement observé autour de sa personne, relativement à une possible candidature en 2020, incline à y croire. Ajouté à cela, l'inimitié déclenchée entre lui et le parti au pouvoir par cette supposée ambition présidentielle, et qui lui vaut bien des misères.
Rédigé par: papus   le: Dimanche 13 Août 2017
@ Loethier Mackan,malheureusement en politique,il n'y a pas de logique ainsi tu verras les farouches adversaires d'hier, s'allier pour conquerir le pouvoir. C'est ce qui est en train de se passer avec cette declaration des Ex-FN,on n'a pas encore compris que tout ce monde se bat pour leurs interets personnels. Soro et sa bande ayant pris gout au pouvoir,ils ne sont pas prets a le lacher.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 13 Août 2017
"Lago Tape" je suis désolé, Soro n'a pas besoin de faire toutes ces contorsions. S'il veut se présenter en 2020, rien ne lui interdit, d'autant qu'il a été rappelé récemment que tout le monde pourrait se présenter (ce qui, il me semble, 'est inscrit dans la Constitution et on a vu ce que ça donne quand il n'en est pas ainsi). Ce tapage est totalement inutile. Après cela, si la bande à Soro cherche à se faire adouber par la bande à Gbagbo, grand bien leur fasse à tous deux ! En tous cas, faites en sorte de ne pas paralyser le pays durant les trois ans qui nous restent avant 2020, sinon ADO va être obligé de demander un 3eme mandat pour réaliser "l'émergence"..
Rédigé par: Lago Tape   le: Dimanche 13 Août 2017
Toute cette agitation et ce genre déclarations (faussement naïves) pour marquer les esprits n'a qu'un seul but : C'est de légitimer et préparer les esprits à la candidature de SORO Kibafory Guillaume à la Présidentielle de 2020. En effet, ce que les SORO-istes reprochent au RDR, c'est bel et bien de vouloir tourner la page "SORO". En effet, au sein du RDR, pour 2020, ce n'est pas SORO qui est favori. Pas du tout !
Rédigé par: Loethiers mackan   le: Dimanche 13 Août 2017
Chaque phase a sa logique.Mais il y a des revirements de situation qui font refléchir. En 2004 après une rencontré avec les ministres issus des Forces Nouvelles Gbagbo affirma."Jusqu'à présent je n'ai pas encore compris pourquoi ils ont pris les armes".Les contradictions auxquelles nous assistons aujourd'hui nous éclaircissent bien.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 13 Août 2017
Il y a des gens qui n'ont pas encore compris que ce "dialogue inter-ivoirien" n'était qu'un jet de farine de Gbagbo, arrangé par son éminence grise feu Désiré Tagro, dans le seul but de se débarrasser de la pression de la Communauté Internationale... et que ça lui est retombé dessus comme l'arroseur arrosé. La réconciliation à la sauce Gbagbo ce n'est que de l'embrouille et des coups tordus, et on peut parier sans risque que si Gbagbo était rendu au pays, il s'emploierait à créer la division et la zizanie et non une vraie et sincère réconciliation. N'oublions pas que Gbagbo est arrivé au pouvoir en semant les troubles et non dans la sérénité d'un processus démocratique normal. Le problème de ces ex-rebelles, c'est qu'il est plus confortable d'être dans l'opposition et dans la rébellion que du côté du pouvoir, où il y a des responsabilités à assumer, et où il faut travailler dur et rentrer dans le rang. Finalement, quand on a été rebelle, on n'est jamais "ex". Si c'est pour ça que vous avez conquis le pouvoir d'état par la violence, en effet, on en vient à le regretter.