«Insoumeetic», le groupe Facebook des rencontres insoumises
liberation.fr - Publié le: 12-08-2017 - Mise-à-jour le: 12-08-2017 - Auteur: Mathilde Guyenot
«Insoumeetic», le groupe Facebook des rencontres insoumises

Des sympathisants de La France insoumise ont créé un groupe ouvert à tous les «gauchistes» à la recherche de l'amour.

«Rencontres pour célibataires intransigeants», tel est le slogan du groupe Facebook «Insoumeetic». Derrière ce subtil mot-valise, contraction des Insoumis et du célèbre site de rencontres Meetic, se cachent de nombreux sympathisants de La France insoumise à la recherche de l'amour. Le groupe, qui compte aujourd'hui plus de 1 500 membres (et ça grimpe), a été créé lors des élections législatives, sur la base d'une plaisanterie entre copains mélenchonistes. «C'est parti d'un délire entre Insoumis sur Facebook. Une adhérente avait fait une publication dans le style d'un site de rencontre. Son message a fait beaucoup réagir, plus de 800 commentaires. On s'est alors aperçu qu'il y avait beaucoup de jeunes célibataires chez les Insoumis», raconte l'administrateur du groupe, Fabrice Fab (son pseudo Facebook).

Age Sexe Vote ?

Le but, faire connaissance avec des membres qui partagent les mêmes idées politiques, échanger, et pourquoi pas se rencontrer, si affinités. Mais pour le fondateur de la page, il ne s'agit en aucun cas d'être sectaire. «On essaie d'intégrer des gens neutres politiquement. En revanche, on est obligé de sélectionner les demandes d'adhésion en checkant un peu les profils, pour éviter les trolls, notamment des militants Front national, précise-t-il. Et puis, on évite aussi de faire rentrer des militants d'En marche.» Evidemment. La page serait plutôt destinée à la gauche plurielle. Socialistes et communistes inclus. «On essaie de ne pas être trop politisés. L'objectif n'est pas d'inonder la page de tribunes politiques. On est là pour parler dans la légèreté et le respect», nuance Fabrice Fab. En effet, quand on regarde d'un peu plus près le fil d'actualité du groupe, on trouve un peu de tout, sauf de la politique. Des posts d'autoprésentation, des musiques de Francis Cabrel, des citations de Coluche ou encore des photos de vacances des potentiels prétendants. En bref, personne ne se prend vraiment au sérieux. «Je viens de découvrir le groupe, je l'ai rejoint un peu par curiosité, et surtout pour rigoler», témoigne Tanguy, un tout nouveau membre.

Allier l'utile à l'agréable

Pascal a 25 ans. Il est inscrit sur le groupe des «Insoumeetic» depuis quelques jours. «Je suis un Insoumis depuis la première heure, et je suis célibataire depuis. un moment», raconte le jeune homme. Pour lui, il s'agit «de joindre l'utile à l'agréable», c'est-à-dire de partager ses opinions tout en faisant des rencontres amoureuses. «Je n'aurais jamais franchi le cap de m'inscrire sur un site de rencontres classique, type Meetic. Ici, on est entre Insoumis, donc les barrières sautent plus facilement», explique le jeune mélenchoniste, toujours à la recherche de sa moitié.
Mais faut-il absolument partager les mêmes idées politiques pour trouver l'âme sour ? «Pas forcément, concède l'administrateur de la page, mais on a quand même plus de chances de se croiser aux mêmes endroits avec quelqu'un du même bord.» A tout hasard, lors d'un meeting de Mélenchon ?
Mathilde Guyenot
Rédigé par: Bla Bla Bla   le: Mercredi 16 Août 2017
Faire l'amour... à gauche ou à droite ? Autres données croustillantes que l'on apprend dans ce sondage : les électeurs du Front de gauche sont les plus infidèles, ceux du FN ont en moyenne plus de partenaires sexuels au cours de leur vie. Enfin, la pratique de la sodomie irait de pair avec une appartenance aux extrêmes, FN...Dis-moi pour qui tu votes, je te dirai quel amant tu es.
Rédigé par: Nadia Koffi   le: Mardi 15 Août 2017
Selon l'IFOP la sodomie des femmes par les hommes est plutôt de droite et la partouze de gauche...Mais cela ressemble en effet à des clichés. Je me demande en CI comment baisent les LMP par rapport aux électeurs qui sont RHDP ? Y-a-t-il une manière RDR de baiser qui varie avec la manière PDCI ou FPI ?
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 14 Août 2017
Bravo pour ces clichés !!! C'est vraiment N'IMPORTE QUOI !!!
Rédigé par: Bintou Insoumise   le: Lundi 14 Août 2017
Au Front National d'après l'enquête IFOP sur les pratiques sexuelles des électeurs, ils aiment fesser leurs compagnes, les éjaculations faciales et en plus, les sodomiser. Les électrices du FN se font en effet sodomiser souvent...
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Lundi 14 Août 2017
FORESTIER: D'après l'enquête de l'Ifop en question, la sodomie de l'homme sur la femme est plutôt d'extrême-droite. Il y a en effet un paradoxe dans le comportement sexuel (non conservateur) des militants d'extrême-droite. Ces comportements n'ont quant à eux rien de conservateurs. Les Français de ce bord politique sont friands d'expériences sexuelles transgressives, voire "hard", issues de la culture "pornographique" (comme la fessée que l'homme donne à sa femme, les militants d'extrême-droite sodomisent aussi plus souvent leur compagne que les Français de gauche et les "biflent aussi" (La bifle est la gifle d'une femme avec sa bite)...
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 13 Août 2017
La sodomie est-elle plutôt de droite ou de gauche ? Je crois en fait que la sodomie n'a pas de couleur politique tant qu'elle s'applique à l'administré ou au contribuable.
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 12 Août 2017
Que la politique influence les relations amoureuses, ce n'est pas très étonnant. Mais saviez-vous que celle-ci influençait aussi les pratiques sexuelles ? C'est en effet cela qui est surprenant !Si en théorie les Français sont plutôt réticents à l'idée de se mettre en couple avec une personne aux idées politiques différentes, dans la pratique ils sont tout de même plus flexibles. Notamment en matière de sexualité : 80% des interrogés avouent avoir déjà eu des relations sexuelles avec un homme ou une femme d'un autre bord politique. Le sexe semble donc être un bon terrain d'entente pour les citoyens de France, qui sont prêts à mettre leurs convictions politiques de côté pour une partie de jambes en l'air. Mais pour que le coït soit parfait, il vaudrait mieux forniquer avec un partenaire qui partage les mêmes idéaux que nous (ou plutôt le même rejet du système). D'après l'enquête de l'Ifop, c'est au sein des électorats des candidats protestataires que l'on trouve le plus d'adeptes des pratiques ou expériences sexuelles rares ou transgressives. Polyamour, "bifle" et libertinage : à chacun sa pratique selon son vote ! Les électeurs proches des partis révolutionnaires, notamment situés à l'extrême gauche, se distinguent par une plus grande expérimentation des pratiques libertines (l'échangisme, le polyamour, les plans "à trois"). Les comportements sexuels des militants d'extrême-droite n'ont quant à eux rien de conservateurs. Les Français de ce bord politique sont friands d'expériences sexuelles transgressives, voire "hard", issues de la culture "porn" (comme la fessée, la sodomie ou la "bifle" (gifle de la femme avec son pénis)). Les électrices de Marine Le Pen (23%) seraient par exemple plus nombreuses que la moyenne (19%) à avoir reçu une bifle et plus nombreuses à se faire sodomiser. Alors, «Insoumeetic», le groupe Facebook des rencontres insoumises, pourquoi pas ?
Rédigé par: Awoulaba Cool   le: Samedi 12 Août 2017
Sexualité, couple et politique, quelles influences ? Avons-nous tendance à nous mettre en couple avec des personnes du même bord politique que nous ? Mardi 18 avril 2017, sur RMC, François Kraus, directeur du pôle politique de l'Ifop a fait le buzz en déclarant : « À l'extrême droite, on va plus vers des pratiques comme la fessée. » Ou encore : « La proportion d'échangisme sur la population d'extrême gauche est deux fois plus élevée qu'à l'extrême droite. » Des propos qui ont suscité un grand nombre de réactions de la part de la twittosphère. Mais ces « punchlines » s'appuient en fait sur une véritable étude de l'Ifop concernant le vote des Français et leur vie de couple. Commandée par le réseau social libertin Wyylde, l'étude se penche sur l'influence des opinions politiques sur la vie de couple et la vie sexuelle des Français.Pour ce qui est des partenaires sexuels, c'est différent. 80 % admettent avoir eu au moins un partenaire sexuel d'un autre bord politique que le leur au cours de leur vie. Face à ces résultats, on pourrait croire qu'il n'existe presque que des couples « accordés idéologiquement ». En fait, l'étude compte en moyenne 30 % de couples « dissonants idéologiquement » parmi les Français, dont 41 % parmi les jeunes de moins de 25 ans. Et sans surprise, ils sont les plus nombreux chez les électeurs du centre. Ce qui n'empêche pas que 44 % des personnes interrogés pense que leur conjoint votera pour le même candidat qu'eux D'après l'étude, les trois quarts des Français (77 %) pourraient refuser de se mettre en couple avec une personne en raison de son positionnement politique. On apprend aussi que les Français sont assez rebutés par l'idée d'envisager une histoire avec une personne située politiquement aux extrêmes : 62 % refuseraient de se mettre en couple avec quelqu'un d'extrême droite et 52 % avec quelqu'un d'extrême gauche. Les autres sensibilités (gauche, droite, centre) entraînent, quant à elles, beaucoup moins de réticences.