Prix Felix Houphouët-Boigny : la maire de Lampedusa honorée
BBC - Publié le: 20-04-2017 - Mise-à-jour le: 20-04-2017 - Auteur: BBC
Prix Felix Houphouët-Boigny : la maire de Lampedusa honorée
La maire de l'île italienne de Lampedusa a remporté le prix de la paix Felix Houphouët-Boigny pour son travail. Giuseppina Nicolini a sauvé la vie de migrants qui tentent de rejoindre l'Europe en traversant la Méditerranée à partir de l'Afrique du Nord.
Giuseppina Nicolini a gagné cette distinction humanitaire majeure avec l'Organisation SOS Méditerranée.
Dans une déclaration, l'organisme culturel de l'ONU, l'Unesco, qui parraine le prix, affirme que Mme Nicolini a été largement reconnue pour "son humanité et son engagement inébranlable en faveur de la gestion des crises des réfugiés».
Le président intérimaire du jury, l'ancien président du Mozambique, Joaquim Chissano, a déclaré que "les réfugiés et les migrants constituent l'un des problèmes cruciaux de nos jours, notamment en Méditerranée, où près de 13.000 hommes, femmes et enfants ont péri dans des naufrages depuis 2013".
Des milliers de réfugiés arrivent à Lampedusa, une île située entre l'Afrique et l'Europe continentale, après avoir été secourus en mer.
Rédigé par: Paolo Conte   le: Jeudi 20 Avril 2017
"Je dédie ce prix à tous ceux qui n'ont pas réussi à traverser la mer et en ce moment j'ai vraiment envie de le dédier aussi à Gabriele Del Grande qui a été le premier à raconter les morts en Méditerranée et qui est, à présent, prisonnier en Turquie", a déclaré Giuseppina Nicolini. Rome a demandé mardi la libération du journaliste Gabriele Del Grande, arrêté le 9 avril par les autorités turques à la frontière avec la Syrie alors qu'il interrogeait des réfugiés Syriens. Le prix Félix Houphouët-Boigny, du nom de l'ancien président de la Côte d'Ivoire décédé en 1993, a été créé en 1989. Il est décerné tous les ans par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco). Parmi ses lauréats, figurent le président français François Hollande, Nelson Mandela et Frederik W. De Klerk, Yitzhak Rabin, Shimon Peres et Yasser Arafat, ou encore le président sénégalais Abdoulaye Wade. SOS Méditerranée "a sauvé plus de 11.000 vies" depuis le lancement de son opération de sauvetage en février 2016 en Méditerranée, a encore souligné l'Unesco.
Rédigé par: Akissi Delta   le: Jeudi 20 Avril 2017
Certains grammairiens de l'Université FHB de Cocody à Abidjan et aussi de l'université de Dakar pensent que "l'Académie française" a une vision trop normative de la langue française et que c'est une vision qui fige la langue française, alors que l'usage » des locuteurs de la langue française est plus important que les "principes de l'Académie. C'est pourquoi, on considère désormais que maire est un nom épicène, comprenez qu'il peut être employé indifféremment au masculin et au féminin. « On peut alors tout à fait dire « Madame la maire » et « une maire », estime (aussi par exemple) le dictionnaire Robert qui se veut plus proche du parler de tous les jours, que de la réflexion académique et intellectuelle de l'Académie française.
Rédigé par: Lago Tape   le: Jeudi 20 Avril 2017
Faut-il dire [la maire] ou [la mairesse] ou plutôt [Madame le maire] ? Aux yeux de l'Académie française, les utilisateurs de « la maire » se trompent totalement de genre. « Maire est un nom masculin donc on dit Madame le maire, pour qu'il n'y ait pas de confusion entre la personne et la fonction, l'autorité ». Quant au mot « mairesse » qui figure également dans certains dictionnaires, il n'est vraiment utilisé qu'au Canada ou en CI pour désigner Madame le Maire d'Odienné. Apparu au XIIIe siècle, « mairesse » désignait au départ la femme du maire avant de définir celle qui exerce la fonction d'édile. Mais ce dernier sens, pas très joli à entendre, n'a jamais pris... sauf au Québec (Canada).
Rédigé par: Lago Tape   le: Jeudi 20 Avril 2017
Bravo à Madame le maire de l'île italienne de Lampedusa! Le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix se propose d'honorer les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l'Acte constitutif de l'UNESCO. En effet, « Les guerres prenant naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. » La paix, disait Félix Houphouët-Boigny, c'est le préalable au développement. Sa gouvernance était guidée par ce credo. Pour faire advenir la paix, il n'avait pas d'autre arme que la parole. Il parlait de la paix en permanence et certains lui ont même reproché d'en avoir fait une marotte. Mais cette parole s'est faite chair. Car, à force d'entendre parler de la paix, les Ivoiriens en avaient naturellement fait une réalité vécue, sous la vigilante surveillance de leur chef d'État. Ils n'ont sombré dans le contraire de la paix que lorsque le discours national a été marqué, après lui, par les mots « machette », « kalach », « guerre ». L'ombre d'Houphouët-Boigny plane encore et toujours sur la Côte d'Ivoire !