Come back au pays : Retour au bercail pour 180 migrants Ivoiriens
lebanco.net - Publié le: 17-03-2017 - Mise-à-jour le: 17-03-2017 - Auteur: Bosco de Paré
Come back au pays : Retour au  bercail  pour 180 migrants Ivoiriens
Cent quatre-vingt (180) migrants Ivoiriens signent leur retour de la Libye dans quelques jours. L'annonce a été faite par Issiaka Konaté, directeur général des Ivoiriens de la diaspora vendredi 17 mars 2017 au cours d'un petit-déjeuner de presse. Huit cent quatre-vingts (880) sont revenus au bercail il y a peu. Ils recevront un appui de l'État entre 100 à 800 Euro selon le programme de retour qui a été fait en rapport avec le ministère des affaires étrangères. Alors que l'Union Européenne estime que la Côte d'Ivoire est dans le Top 4 des migrations avec une population estimée entre 10.000 et 14.000 qu'elle partage avec la Guinée, une enquête exclusive révèle  qu'il y a 200 mille subsahariens qui sont bloqués dans cette zone de la Libye. Mais pour lui, la solution, c'est de  « stabiliser la Libye. Vous fermez le passage qui a été utilisé depuis la chute du régime Libyen. Une fois que vous avez stabilisé cette partie, ça va permettre d'avoir des résultats efficaces ».
La question des acquisitions de logements et des prêts bancaires ont été d'autres sujets qui ont été évoqués avec la direction générale des Ivoiriens de la diaspora, appuyée par la Fondation Friedrich Naumann. M. Konaté a fait savoir que sur le sujet, il y a une opération de promotion immobilière en Europe pour permettre à la diaspora de souscrire directement vers les constructeurs agrées par l'État de Côte d'Ivoire. « Le ministre nous a instruits la semaine dernière d'organiser une commission de souscription avec le ministère de la construction pour voir où ils en sont avec les différents souscripteurs des Ivoiriens vivant à l'extérieur. Et on a dit à chacun d'aller souscrire chez le promoteur de son choix. Ils ont fait des sélections. Ils sont allés chez différents promoteurs. Je pense qu'il faut poursuivre cela et voir s'il y a des difficultés au niveau des différentes souscriptions et adapter et que la personne puisse acheter une maison de façon sécurisée ».
Le chapitre des prêts bancaires est un sujet perplexe et complexe que Issiaka Konaté a tant bien que mal tenté d'expliquer. « Sur la question des banques, c'est un peu compliqué. Parce que dans les pays d'accueil, il y  a souvent des lois qui empêchent les gens de faire sortir les ressources.Je pense que les banques ne prennent pas suffisamment leurs responsabilités dans leur pays. Elles ne peuvent pas accorder des prêts. Elles ont estimé qu'elles n'ont pas suffisamment de garantie. Les banques m'ont révélé que des personnes correctes sont venues leur emprunter de l'argent et se sont volatilisées dans la nature. Elles font du commerce. Elles sont obligées en même temps que je leur reproche leur manque de politique vis-à-vis des Ivoiriens de l'extérieur, je dois reconnaître qu'elles ont besoin aussi de garanties ».
 Pour Mme Konaté Sophie, représentante de la Fondation Friedrich Naumann, l'objectif de la sensibilisation n'est pas « d'interdire » la migration. Mais de « décourager » la migration illégale qui cause « d'énormes dégâts ».
 
Bosco de Paré