Petroci-Puma Energy : beaucoup de bruits pour rien
afrikipresse.f - Publié le: 14-02-2016 - Mise-à-jour le: 14-02-2016 - Auteur: Alice Ouédraogo
Petroci-Puma Energy : beaucoup de bruits pour rien
Côte d'Ivoire, le Conseil des ministres a autorisé la cession des actifs et activités de distribution de la Pertoci à la société Puma Energy.
 
Cette décision du gouvernement ivoirien s'explique par le fait que «depuis la fin de l'exercice 2015, Petroci-Holding présente un résultat d'exploitation déficitaire, du fait de la chute des cours du pétrole brut, aggravé par les pertes de l'activité de distribution», selon le porte-parole du gouvernement.

Pour faire face à cette contre-performance et au vu des résultats de l'audit organisationnel et social, «le Conseil a instruit le ministre chargé du Pétrole et de l'Energie et l'ensemble des ministres concernés , à l'effet de conduire des négociations entre Petroci-Holding et Puma Energy, intéressée par la reprise des actifs et activités de distribution de Petroci», a-t-il ajouté.

Petroci Holding, la société nationale d'opérations pétrolières a pour activité principale la recherche pétrolière. Elle intervient également dans d'autres secteurs, notamment la production et la distribution de gaz butane, de gaz naturel et les stations service et au-delà de cette spécialisation, les responsables de Petroci sont en train de finaliser une opération de fusion avec la société Sea-Invest en vue de créer une nouvelle société, Petrosea logistique qui interviendra dans le secteur des blocs pétroliers de cette société nationale.

À la vérité, la cession d'actifs de Petroci holding à Puma Energy dérange pour rien, dans la mesure où la nouvelle équipe managériale veut donner un nouveau souffle, une nouvelle dynamique à cette société qui traverse une période trouble du fait de la chute des cours du baril de pétrole brut sur le marché mondial. Une transaction gré à gré serait dénoncée par certains comme si en cas de propositions spontanées ou des manifestations d'intérêt de haut niveau , le gouvernement avait tort d'examiner les propositions faites, alors que d'autres opérateurs économiques n'ont manifesté aucun intérêt pour l'entreprise en difficulté.

Le problème ne peut pas résider dans le choix de la société Puma Energy puisque ce choix a été fait par le gouvernement dans les règles de l'art pour donner une réponse favorable à une société qui manifeste un intérêt pour des activités de Petroci. Pourquoi devrait-on refuser d'examiner les offres d'une société en règle vis à vis de l'administration, en lui opposant des arguments fallacieux liés à des états d'âme, n'ayant aucun rapport avec des décisions de justice

Il était important pour Petroci Holding de considérer l'intérêt manifesté par Puma Energy un opérateur qui a maintenu sa confiance en la Côte d'Ivoire, malgré les difficultés connues par le passé.

Le gouvernement Ouattara ne peut pas refuser que cette structure se développe et prenne des parts dans Petroci tout simplement parce qu'elle serait liée à l'affaire des déchets toxiques , alors qu'au demeurant cette affaire a eu lieu il y'a bientôt dix ans sous la présidence Gbagbo, sans qu'aucune décision d'exercer ni de contracter avec une entreprise d'Etat n'ait été prise.

Le gouvernement Ouattara n'en est pas comptable. Il n'y aucune raison de mettre ce passé en avant dans la balance de la cession des actifs de Petroci Holding d'autant plus qu'en dehors de cette transaction, l'opérateur travaille sans difficultés.

Puma Energy est un opérateur majeur qui a fait ses preuves, qui ne doit pas lésé parce que son Directeur général serait le neveu du président ivoirien. Un neveu en la personne d'Amadou Toure , qui a justement choisi le privé là où d'autres personnes dans son cas, se seraient accrochés au confort des structures étatiques parce qu'ils seraient parents du chef de l'Etat. Combien de neveu ou de fils de président travaillent dans le privé, dans la transparence ?

Il est bon de savoir que l'Etat ivoirien et Petroci Holding n'abandonnent pas tous leurs actifs. Ils resteront actionnaires aux côtés de l'entreprise.

Puma Energy, ne doit pas être lésé pour faire plaisir à des nostalgiques qui ont fait de l'affaire déchets toxiques une profession, qui ne doit pas victime de ceux qui ont des notions approximatives d'économie, ni de ceux qui pensent qu'un proche d'un chef de l'Etat est forcément un cancre, et qu'en plus d'être en apparence un privilégié par son statut de neveu, il a été nécessairement pistonné dans son parcours ; qu'il est sans aucun talent, et ne mérite pas de diriger une entreprise privée, et que si c'est le cas celle-ci ne doit pas obtenir des marchés publics, encore moins bénéficier de cessions d'actifs dans le respect des lois et des procédures en vigueur. On nous sert là beaucoup de bruits pour rien ...

Alice Ouédraogo
 
Rédigé par: Abou Touré   le: Jeudi 18 Février 2016
je commence à comprendre pourquoi, le rassemblement des rebelles avec Bitogo et Koné CHEIK OUMAR sont impliqués jusqu'au dans cette histoire de déchet toxique. en fait c'est eux qui ont déversé, mais comme les refondateurs sont bêtes comme d'habitude, c'est eux qui se font accuser comme des enfants. Qui sait si ce n'est pas un plan pour déstabiliser aussi Gbagbo, car envahir à la foi tout Abidjan ressemble à un plan commun.
Rédigé par: Aya de Yopougon   le: Mardi 16 Février 2016
Le Programme des Nations unies pour l'environnement avait prévu de procéder à un audit environnemental des sites de déversement au deuxième semestre 2014 ou en 2015 et Amnesty International exhorte le gouvernement ivoirien à rendre publiques les conclusions de l'audit. Cette enquête devra déterminer si les sites sont toujours contaminés et pourrait aider à la fois à évaluer les implications actuelles pour la santé et à identifier les dangereux composants (mortels) de ces déchets toxiques, qui n'ont jamais été révélés par Trafigura/Puma Energy. A Abidjan, 10 ans après, on redoute toujours et encore les conséquences à long terme que pourraient avoir sur la santé des populations les déchets toxiques appartenant à la compagnie de courtage pétrolier Trafigura/Puma Energy qui ont été déversés à Abidjan, en Côte d'Ivoire, en août 2006. Plus de 100 000 personnes avaient alors eu besoin d'une assistance médicale et une décontamination considérable a été nécessaire. 10 ans après la catastrophe, les risques sanitaires restent néanmoins très élevés pour la population des quartiers où ont eu lieu les déversements de ces déchets toxiques.
Rédigé par: Akissi Delta   le: Mardi 16 Février 2016
Trafigura et Puma energy appartiennent aux mêmes actionnaires et dirigeants qui savaient sans aucun doute que les déchets qui se trouvaient à bord du navire Probo Koala, pétrolier immatriculé au Panama, étaient toxiques. Ils les quand même ont acheminés jusqu'à Abidjan, un pays qui était dévasté par la guerre, et qui ne dispose pas d'installations de traitement de déchets toxiques. Les boues et les déchets toxiques ont été exportées illégalement vers la Côte d'Ivoire par cette société (Trafigura/Puma Energy)et les documents afférents ont été falsifiés pour faire croire qu'il s'agissait seulement de déchets pétroliers...Acheminer des déchets pétroliers d'un lieu à un autre est légal, mais les règles changent lorsque ces déchets sont dangereux et toxiques. La Convention de Bâle a en effet été adoptée en 1992 pour réduire les mouvements transfrontaliers de déchets dangereux et Trafigura/Puma Energy a allègrement violé cette convention internationale. Bref, si on était dans un "pays normal", "Trafigura/Puma Energy" ne devrait plus faire de business en Côte d'Ivoire et encore moins bénéficier d'une cession d'actifs de la part de l'état ivoirien!
Rédigé par: Lago Tape   le: Mardi 16 Février 2016
Même si conflit d'intérêts n'est pas, en droit français, un délit civil ou un délit pénal. Ce sont le trafic d'influence et la prise illégale d'intérêt qui peut en découler et qui sont, quant à eux délictueux. Même s'il n'y a aucune preuve d'actes préjudiciables, un conflit d'intérêts peut créer une apparence d'indélicatesse susceptible de miner la confiance en la capacité de cette personne à assumer sa responsabilité. Il n'est pas interdit de penser que le fait que la société PUMA ENERGY soit dirigée par le neveu du chef de l'état, en la personne d'Amadou Touré.
Rédigé par: Joe   le: Lundi 15 Février 2016
PUMA distribue et a des station services dans plusieur pays pourquoi pas en cote d'ivoire?
Rédigé par: Oula   le: Lundi 15 Février 2016
Merci Alice pour cet éclairage. Laisser les gens travailler!