Bruno Koné depuis Paris: «Le président Ouattara a créé 1,5 millions d'emplois en 4 ans »
lebanco.net - Publié le: 08-06-2015 - Mise-à-jour le: 08-06-2015 - Auteur: Nantêsu Jésus
Bruno Koné depuis Paris: «Le président Ouattara a créé 1,5 millions d'emplois en 4 ans »
le Ministre Bruno Kone , Porte-Parole du Gouvernement et les responsables de l'AJIRD
                            
A l'invitation des jeunes Ivoiriens de la diaspora de France  proches du pouvoir, le ministre de la             Poste et des Tics, Porte- Parole du gouvernement Bruno Koné a fait le bilan du Président Ouattara .Cette rencontre  a eu lieu le samedi 6 juin à l'amphithéâtre de l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) de Paris ou  le public présent a été gratifie par la qualité des interventions des conférenciers
C'est un chercheur associé de l'Iris, spécialiste des questions de sécurité en Afrique, le Camerounais Samuel Nguembock, qui le premier, est intervenu sur «la sensibilisation de la population à des élections apaisées en 2015.» En fondant ses observations sur des indicateurs mesurables, l'expert de l'Iris qui connaît la Côte d 'Ivoire pour avoir travaillé pour les Nations unies, a dit tout le bien qu'il pensait de la Côte d'Ivoire, pays sorti fraîchement d'une décennie de crise.
Selon ce chercheur, la «gestion imprudente des années 80» est à l'origine du mal qu'a vécu notre pays. En fondant sa réflexion sur des données macroéconomiques et démographiques, Dr Nguembock a indiqué que la population ivoirienne est passée du simple au double. De 11 millions d'habitants dans les années 80, la population est passée à près de 24 millions aujourd'hui. Conséquence, les nombreux déficits liés aux besoins élémentaires des populations - santé, éducations, emploi, pouvoir d'achat - ont entrainé un repli identitaire. Une situation que la Côte d'Ivoire a payée cash, aux dires de cet expert. Le coup d'Etat en 1999, la rébellion en 2002, la crise postélectorale en 2010 en sont la résultante.
Selon toujours le chercheur de l'Iris, le président Ouattara a hérité d'une situation politique, économique, sociale et militaire calamiteuse. Il a dit en substance que les résultats réalisés en un seul quinquennat battent « tous les records.» De mémoire de chercheur, il a soutenu qu'aucun pays africain n'a été capable de réaliser un tel exploit après des décennies de crises.
Dr Samuel Nguembock a fait remarquer que grâce aux réformes engagées par le gouvernement, tous les indicateurs économiques sont désormais au vert. Le taux de croissance qui oscille entre 8 à 9 %, l'embellie de l'économie, le succès de la réforme au niveau des forces armées pour créer une armée homogène et républicaine, le retour des investisseurs, la réalisation de nombreuses infrastructures à travers le pays, sont le signe que la Côte d'Ivoire est de retour sur la scène sous-régionale et continentale.
Le chercheur de l'Iris a conclu que « la politique de rattrapage économique » entrepris par le président Ouattara a permis à la Côte d'Ivoire de « battre tous les records en matière de développement ». A ce titrepour lui, notre pays peut être considéré, sans fioritures, comme un pays résolument engagé sur la bonne voie de l'émergence. 
Quant au ministre Bruno Koné, il est intervenu sur le bilan à proprement parler du président Alassane Ouattara. Le porte-parole du gouvernement a dressé un tableau très exhaustif et comparatif de l'époque d'avant Ouattara et celle sous sa conduite pour montrer la progression spectaculaire réalisée en quatre année de mandat. Pour lui, le taux de croissance négatif, la dégradation des infrastructures et du climat des affaires, la mise en péril de la cohésion sociale, la xénophobie qui visait une population du nord ostracisée, l'isolement de la Côte d'Ivoire sur la scène internationale, la pauvreté généralisée, le chômage endémique (.), ne sont plus que de tristes souvenirs pour les Ivoiriens.
Pour le conférencier, le bon bilan incontestable du président Ouattara est attesté au plan diplomatique par le retour de la Côte d'Ivoire dans le concert des nations, le retour des agences de l'Onu, les visites incessantes des personnalités du monde, l'ouverture ou la réouverture de nombreuses chancelleries. Au plan économique, le conférencier a évoqué entre autres le retour à Abidjan des institutions bancaires à l'instar de la Bad et des compagnies aériennes, l'organisation de grands événements internationaux à caractère économique comme le Salon de l'Agriculture et des ressources halieutiques (SARA), Investir en Côte d'Ivoire (ICI).
Sur le plan politique et social, le ministre Bruno Koné a cité le financement des partis politiques, le caractère inclusif de la nouvelle Cei, l'apaisement du climat social grâce à la mise en place d'un Cadre permanent de dialogue entre opposition et pouvoir, le retour des réfugiés de la crise postélectorale, le dégel des avoirs des personnalités proches de l'ancien régime et leur libération provisoire des prisons, l'indemnisation  des victimes de la crise, la mise en place de la Cmu  (.) Pour le conférencier, tous ces actes posés par le chef de l'Etat concourent à créer un climat de confiance, d'apaisement, et à faire de la Côte d'Ivoire un pays démocratique et réconcilié qui a tourné définitivement la page des blessures du passé.
Sur la question du chômage, le porte-parole du gouvernement n'a pas manqué de rappeler que « le président Ouattara avait promis de créer un million d'emplois pendant la campagne de 2010, aujourd'hui nous en sommes à 1,5 millions.»  Selon lui «la Côte d'Ivoire fait mieux que la France dans ce domaine en réduisant son taux de chômage à 5,4 % selon les chiffres du BIT» S'agissant maintenant de la lutte contre la pauvreté, il a indiqué qu'elle est en nette recul grâce aux efforts de l'Etat pour augmenter de façon substantielle le pouvoir d'achat des populations. « Le Smic est passé de 34 000 à 60 000 francs et les salaires bloqué depuis 27 ans ont été débloqués » a-t-il fait savoir.
Le porte-parole du gouvernement a également choisi ce moment d'échanges avec la diaspora pour jeter un pavé dans la mare des futurs adversaires du candidat du Rhdp. Il a déclaré en ces termes : «Un pays comme celui-là, on ne peut pas le laisser entre les mains des amateurs.» Continuant son exposé , il s'est interrogé de savoir «Qu'est-ce que ces personnes peuvent apporter de plus par rapport à ce que le président Ouattara a fait ? Quand on veut gouverner, il faut être capable de présenter des projets.»
Avant de clore la conférence, le ministre Bruno Koné a instamment exhorté la diaspora à se faire enrôler sur la liste électorale afin de voter en sa faveur du président Ouattara et lui permettre de poursuivre son programme de développement bien entamé.
Nantêsu Jésus
 
Quelques propos recueillis
M. Aly Touré, porte-parole de « Emergence 2020 »
« Cette conférence a permis de faire taire les cyber-activistes pro-Gbagbo »
« Je suis ravi de cette rencontre. C'est une bonne chose que le gouvernement informe et communique sur les efforts qui sont faits par le président et son équipe pour faire de la Côte d'Ivoire un pays où il fait bon vivre et un pays émergent. Vous savez, il y a beaucoup de choses à l'extérieur qui ne sont pas sus. Notamment à Paris où les cyber-activistes, militants pro- Gbagbo, excellent dans la désinformation et l'intoxication et font de la politique de la Côte d'Ivoire un jeu d'enfant. Il était donc important qu'un membre du gouvernement et de surcroît le porte-parole, apporte la réplique à nos frères de l'opposition qui passent le clair de leur temps à rouspéter au lieu de parler de sujets sérieux. Nous avons constaté que dans cet amphithéâtre de l'Iris, il y avait aussi bien des journalistes et des militants pro-Gbagbo. Je relève qu'aucun d'entre eux n'a été capable d'interpeler le ministre sur des sujets importants comme la soi-disant justice des vainqueurs. Il a fallu que ce soit un militant du Rhdp qui pose la question au ministre. A mon avis, je pense qu'il faut multiplier ce genre de rencontre. C'est pourquoi «Convergence 2020 »dont je suis le porte-parole organise le 15 juillet prochain à Paris, une conférence internationale sur la gouvernance Ouattara pour que les pro-Gbagbo se taisent à jamais et évitent de parler des sujets dont ils n'ont pas la bonne maîtrise.»
 Mme Rosine Nahounou, membre de l'opposition de la diaspora
«Le porte-parole du gouvernement a une grande ouverture  d'esprit »
«Je suis venue à cette conférence du ministre pour contribuer au débat social de la Côte d'Ivoire quoique je ne sois pas de la même sensibilité politique que lui. A mon sens, on ne peut pas indéfiniment rester dans la contestation, il faut aussi participer à la construction de projets de société. La diaspora dans son entité doit aussi participer au développement économique de la Côte d'Ivoire. Le porte-parole du gouvernement a fait le bilan du président Ouattara. Ce que j'ai pu constater, il s'est beaucoup plus adressé aux militants du Rdr qu'à la diaspora dans son ensemble. Dans la situation actuelle de la Côte d'Ivoire, j'aurais aimé que le porte-parole du gouvernement s'accentue sur des paroles apaisées qui vont nous amener à des élections apaisées. Il a fait l'apologie de la gouvernance ivoirienne, il y a certes beaucoup de choses qui ont été faites, je ne le nie pas, je le constate, mais beaucoup reste à faire. Je sors de cette rencontre avec en tête que le porte-parole du gouvernement a une grande ouverture  d'esprit, je pense que c'est le début d'un dialogue social.»
Dr Diaby Moussa Kader, président sortant de la Fédération des associations de la diaspora ivoirienne (Fadiv) et représentant Europe de la Convention nationale des organisations nationales de la société civile ivoirienne
« le bilan est très positif mais beaucoup reste à faire»
«Cette conférence du ministre Bruno Koné sur le bilan et perspectives du président Ouattara depuis son accession à la magistrature suprême me paraît conforme à ce que je vois au jour le jour. De plus en plus, je pars à Abidjan et je sillonne la Côte d'Ivoire. J'ai mené des actions en tant que membre de la société civile et ouvré avec certaines personnalités du pouvoir en place. Je vois bien les efforts qui sont faits et les résultats qui sont obtenus. Je dirai globalement que le bilan est très positif mais beaucoup reste à faire bien évidemment. N'oublions pas que notre pays vient de très loin. Sur la rencontre, elle a regroupé différents points de vue. Il y a eu l'intervention d'un chercheur impartial qui a apporté des arguments scientifiques qui ont permis de recadrer les choses. Le dernier a également fait des critiques. Le ministre dans son intervention est revenu sur certains chiffres et en a donné d'autres. Je pense que les échanges ont été équilibrés et fructueux, et d'un niveau intellectuel très haut. »  
M. Koné Mamadou, délégué adjoint du Rdr en France et vice-président du directoire Rhdp France.
« J'ai été heureux d'apprendre que le prix d'achat des produits de nos paysans a augmenté »
«Je retiens de cette rencontre une confirmation des réalisations du président Ouattara que je savais par voie de presse. Cette conférence a davantage éclairé ma lanterne grâce aux chiffres apportés par le ministre et sur les perspectives dans les cinq années à venir. Le ministre a également apporté des éclairages sur les efforts du gouvernement pour lutter contre la pauvreté. Personnellement, ce terme faisait partie de mes préoccupations. Aujourd'hui, je suis d'autant plus heureux qu'en matière d'adduction d'eau potable et d'électricité, beaucoup de villages vont être connectés comme l'a annoncé le ministre. Je n'oublie pas aussi l'amélioration du pouvoir d'achat des paysans grâce à l'augmentation du coût d'achat de leurs produits.»      
 

 

Rédigé par: Akobla   le: Vendredi 12 Juin 2015
Tout le monde s'accorde pour dire du président Ouattara qu'il est un homme organisé et qu'il sait ce qu'il dit et qu'il applique ce qu'il dit. Donc là dessus personne ne contredira que lorsqu'il s'exprime il pense ses mots et les pèsent avant de les dire. En date du 07 Août 2013 le président Ouattara avait accordé une interview aux deux journalistes qui sont Brou Aka Pascal et Agnès Kraidy donc il est facile pour chacun d'entre vous de retrouver cette dernière dans son intégralité pour vérifier ce qui va suivre. J'ai extrait une partie de son interview qui montre que même le président lui même ne pensait pas atteindre le million d'emploi d'ici fin 2015 à plus forte raison avoir créé 1.500.000 emplois comme son ministre "gendre" le raconte sans sourciller. J'ose espérer que le banco.net ne va pas BLOQUER mes posts au motif que.... Bref ! Que les plus érudits viennent m'expliquer donc comment un président tel qu'ADO avec son pragmatisme et sa volonté de si bien faire (son logo) n'avait pas lui même envisagé possible les 1.500.000 emplois avant la fin de l'année 2015 (toutes les années depuis son élection y compris avec le trou noir de la crise post électorale et ses effets secondaires graves par ricochet sur les années suivantes) quand en plus l'année 2015 n'est même pas cloturée encore !!! Vraiment Propagande quand tu nous tiens.... Version Ministre des NTICS... Akobla
Rédigé par: Akobla   le: Jeudi 11 Juin 2015
@Lago Tapé, salutations et grand respect pour toi. Mais les chiffres on sait aussi que pour des besoins évidents de communication, quelques soient les pays et leurs gouvernement sont souvent "gonflés" pour valoriser l'action des dirigeants du moment et cela s'est toujours faits et partout. Aucun dirigeant et son gouvernement ne se tire une balle dans les pieds !!! Donc même si Ouattara à créé des emplois c'est indéniable, il est travailleur lui même et attaché à cette promesse de campagne de promouvoir l'emploi surtout des jeunes etc... Je suis ok là dessus, mais 1.500.000 emplois, franchement moi je n'y CROIS PAS UN SEUL INSTANT. C'est utopique et faramineux, donc qu'on nous dise bien dans quels secteurs, et qui en a bénéficié surtout pour savoir que vraiment il y a eu un BOOM dans le domaine de l'emploi sous ADO 1er. Mais merci pour tes infos toujours bien à propos et ton savoir. Cordialement. Akobla
Rédigé par: Akissi Delta   le: Jeudi 11 Juin 2015
Oui, ANDERSON, c'est une contrevérité, ton posting. Si tu cites Transparency International, il faut bien citer et non pas écrire le contraire de ce qui est dans le rapport de Transparency... Decembre 2014: Selon Transparency International, l'indice de perception de la corruption en CI est en nette amélioration: http://intellivoire.net/corruption-nette-amelioration-de-la-note-de-la-cote-divoire-transparency/
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 10 Juin 2015
Anderson, tu mens quand tu dis cela. En fait, les indices de corruption de Transparency International indiquent que la CI a fait des progrès visibles (entre 2010 et 2015) en matière de lutte contre la corruption. Si tu demandes aux transporteurs et aux chauffeurs de taxis pour vérifier cela, ils te diront que les barrages pour les "racketter" sur les routes et autoroutes ont disparu.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 10 Juin 2015
On ne peut pas affirmer que les chiffres en CI ne reposent sur rien comme certains l'ont affirmé sur ce forum. Les statistiques sur l'emploi en CI proviennent de la l'INS (Institut National de la Statistique) et du Ministère du Plan. Rappelons qu'il y a eu un Recensement General de la Population (RGP) en 2014. On peut aussi recouper les chiffres sur la création d'emplois en CI du Ministre Bruno Nabagné Koné avec les chiffres des récentes études de la Banque Mondiale et du FMI.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 10 Juin 2015
"Anderson" tu vis dans quel pays ? "Transparency international" c'est pour toi la Bible + le Coran réunis ? Si tu n'es pas content du mode d'attribution des concours (qui a pourtant été considérablement assaini), rien en t'empêche de postuler dans le privé, où les perspectives d'évolution sont largement aussi bonnes que dans l'administration et les possibilités de se livrer au racket et à la corruption que tu dénonces sont moins importantes. IL n'y a que dans les "républiques bananières" que la seule voie de salut est de devenir fonctionnaire ou paramilitaire ! Si tu es si content du bilan de 11 ans de Gbagbo, rien en t'interdit de voter un candidat FPI ou l'un de ces soi-disant opposants fantoches qui, en pion à peine caché du FPI, te feront des promesses mirobolantes. Mais heureusement que ces plaisantins n'ont aucune chance, je ne suis pas pressé de voir revenir une telle gabegie.
Rédigé par: Anderson   le: Mercredi 10 Juin 2015
Le mandat de Ouattara est totalement un echec. De prime d'abord, les resultats de transparency international indique ke notre cher pays est l'un des plus corrumpus au monde et ca c'est un fait. A abidjan, avec les redevances des ordures preleves, rien n'est fait pour le ramassage des ordures dans le sens ke l'argent est disponible mais est utilise a d'autres fins non encore connu. Ne soyons pas dupe concerant l'emploi en Cote d'Ivoire notre cher pays. Si tu ne payes pas de concours ou tu n'as aucune relation au niveau du gouvernement et des gens ki dirigent ce pays, tu ne peux meme pas trouver de boulot. Donc ayez la responsabilite de dire la verite au lieu de raconter des balivernes. Il faut eclairer la population et les faire sortir de l'orniere. Ils ne pensent ka leurs propres interets personnels et rien d'autre. Les concours au pays sont vendus et tous nos politiciens a commencer par Ouattar sont tous corrumpus des vendus de la republique. Il faut placer les mots com ils sont. Si le premier responsable ne donne aucun exemple de gouvernance, personne ne le suivra. Aucun chiffre concret ne montre ke 1 million de personnes ont eu des emplois. Ce ministre est un vrai menteur et vendeur d'illusions. A l'approche des elections ki tendent de les sanctionner et de ne plus les donner nos suffrages, alors ils ont peur de leur propre irresponsabilite. Notre pays a du petrole, a le port, a le diamant, a l'or, des interets, a l'aeroport et est ouvert sur le monde, collecte des impots, et bien d'autres et nous font croire kiils les utilisent a bon escient. C'est completement de la mastubation intellectuelle de leur part de laisser leurs peuple malgre tous les acquis. Alors la meilleure solution en tant ke jeune est de les sanctionner.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 9 Juin 2015
Dans un pays comme la Côte d'Ivoire pu (presque) tout se fait dans l'informel, on peut affirmer tout et n'importe quoi en matière d'emploi puisqu'il ne peut exister de statistique fiable en la matière. La CNPS serait-elle en état de confirmer, preuve à l'appui, qu'elle a 1,5 million d'allocataires de plus qu'il y a 4 ans ? J'eh doute fort ! Que ma réaction ne provoque pas des transes chez ceux qui en sont pas du même bord que moi, je ne suis pas en train de retourner ma veste. Je constate simplement, dans le souci de provoquer des réactions positives, que tout n'est pas parfait, mais je constate aussi que beaucoup de choses vont mieux depuis 4 ans, et que ça s'améliore encore de manière visible. Mais en matière de communication, il faut être un peut plus subtil et éviter de prendre trop ouvertement les gens pour des débiles mentaux. Il ne faut pas tout mettre au crédit du PR, et, surtout, de la bande d'incompétents qui l'entoure, mais plutôt attribuer ces améliorations à l'ensemble des ivoiriens qui travaillent et à la communauté qui les soutien.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mardi 9 Juin 2015
On peut ne pas aimer ADO, mais force est de reconnaître que c'est un président travailleur, qui sait mobiliser les financements extérieurs et aussi l'épargne intérieure. Sous les 04 ans d'ADO, beaucoup a été fait, mais beaucoup encore reste à accomplir, car le pays revient de très loin, au fin fond du puits dans lequel les "refondateurs" et Gbagbo avaient enfonce la Côte d'Ivoire. Avec ADO, fini les beaux discours démagogues. Avec ADO, les projets sortent de terre. A ceux qui disent qu'on ne mange pas les routes et les ponts, il faut dire qu'avoir des routes, des ponts, de l'électricité et de l'au potable, cela aide à manger. En effet, ce sont les routes et les ponts qui vont permettre aux transporteurs et aux commerçants de se déplacer plus facilement pour vendre les produits vivriers et d'exportations que nos paysans cultivent. C'est l'électricité abondante qui va permettre aux entreprises de produire, de transformer. En effet, sans électricité, aucune entreprise industrielle ne peut produire sur place quoi que ce soit et donner du travail aux jeunes. Aucun pays émergent ne s'est développé sans électricité, sans eau potable et sans autoroutes et ponts. Aucun pays émergent ne s'est développé sans la transformation sur place des produits de son agriculture. Allez voir au Brésil, en Thaïlande, en Indonésie, en Malaisie, en Tunisie...
Rédigé par: elisabeth   le: Mardi 9 Juin 2015
@Fouss; je suis d'accord avec vous . Il faut arreter de tout ramener au PR ; c'est une équipe qui est au pouvoir et notamment une équipe RHDP
Rédigé par: Philippe   le: Mardi 9 Juin 2015
C'est une très bonne chose . Le dialogue direct avec les ivoiriens vaut mieux que des millions engloutis dans des campagnes d'affichage ou autres actions très budgétivores . Moi je suis d'accord avec ce genre d'initiatives .
Rédigé par: Fouss   le: Lundi 8 Juin 2015
Je pense qu'il faut changer de méthode. Dire plutôt l'administration Ouattara et non le président Ouattara. Cette dernière formulation pourrait avoir une double vision. Car si tout le bien vient de lui seul, tous le mal aussi pourrait venir de lui.
Rédigé par: Mathieu   le: Lundi 8 Juin 2015
C'est bien. Il faut rencontrer les ivoiriens et expliquer de vive voix le travail qui est fait