Burkina Faso
Société : à quand la fin de la crise qui oppose la BRAKINA-SODIBO à ses employés ?
lebanco.net - Publié le: 29-01-2015 - Mise-à-jour le: 29-01-2015 - Auteur: Abel Azonhandé à Ouaga
Société : à quand la fin de la crise qui oppose la BRAKINA-SODIBO à ses employés ?
Des travailleurs de la BRAKINA-SODIBO observent une grève de 72h depuis le lundi 26 janvier 2015. Une grève qui fait suite à un sit-in observé les 20 et 21 janvier dernier par des travailleurs de la nationale de brasserie qui réclament une augmentation de salaire à hauteur de 100%. Malgré les tentatives de conciliations, aucunes issues jusqu'à ce jour. Prenant la mesure des pertes subit par la
société, les premiers responsables avec à leur tête, le directeur général, Marc Pozmentier, ont donné une conférence de presse le jeudi 29 janvier à Ouagadougou pour appeler les grévistes au dialogue.

« Discutons, dialoguons afin de trouver une solution à nos différents », tel est le voeu du DG Pozmentier qui dit être ouvert au dialogue. Pour Marc Pozmentier, « le dialogue en interne n'a jamais été rompu ».
Pour preuve, le DG évoque une rencontre initiée par la direction générale, prévue le jeudi 18 janvier dernier entre le comité de direction et les délégués du personnel. Rencontre qui a été annulée par les grévistes trois heures avant sa tenue. Cette rencontre visait selon le premier responsable de la BRAKINA/SODIBO, « à poursuivre le dialogue constructif ».

Toute fois, M. Pozmentier rappel que « les négociations entre la direction générale et les délégués du personnel, qui se sont tenues en mars 2014, se sont conclues sur un certain nombre d'avancées notables qui augmentent de 6,5 à 15,8% le revenu annuel de chaque employé et que leur mise en application est effective depuis le 1er janvier 2015». Il se dit donc être surpris de voir des travailleurs réclamé 100%  d'augmentation de salaire « alors que ceux-ci bénéficient de certains privilèges qui se gèrent en interne ».

Pour le conférencier, « le droit de grève est légal, mais il ne saurait être une raison pour empêcher d'autres travailleurs qui veulent travailler de le faire ». « Nous souhaitons reprendre le travail dès le 30 janvier pour le bonheur des travailleurs qui le souhaite, des consommateurs et aussi de l'Etat burkinabè ». En conclusion, M. Pozmentier rassure que la direction de la société BRAKINA/SODIBO est ouverte au dialogue et espère de même pour les travailleurs grévistes à qui il demande de prendre en compte les pertes subit par l'Etat burkinabè du fait de cette situation. Une perte qui est estimée à près de 200 millions FCFA.
Abel Azonhandé à Ouaga
abelazonhande@lebanco.net