L'amitié, c'est gérer les affinités. L'amour, c'est concilier les différences.
|
login
|
Email alertes
|
|
publicite
|
rss
La CPI rend son premier jugement, contre le Congolais Lubanga
L'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga, au tribunal de la CPI, le 25 août 2011 à La Haye
Article publié le: 14 Mars 2012 - Auteur: afp - Source: afp
La Cour pénale internationale (CPI) rend mercredi son premier jugement, contre l'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga accusé d'enrôlement d'enfants soldats durant la guerre civile en Ituri (République démocratique du Congo) en 2002-2003.

Un résumé du jugement en anglais sera lu à 10H00 (09H00 GMT) par le juge britannique Adrian Fulford lors d'une audience publique à La Haye diffusée en direct sur internet.

Si Thomas Lubanga, 51 ans, est reconnu coupable de crimes de guerre, les juges prononceront ultérieurement une peine. S'il est acquitté, l'accusé, qui plaide non coupable, devrait être remis en liberté.

Le procès du fondateur de l'Union des patriotes congolais (UPC) et ex-commandant en chef des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) avait été le premier à s'ouvrir devant la CPI, le 26 janvier 2009.

Transféré à La Haye en mars 2006 et écroué depuis au centre de détention de la Cour, Thomas Lubanga est accusé d'enrôlement et de conscription d'enfants de moins de 15 ans dans les FPLC, l'aile militaire de sa milice.

Il est accusé de les avoir fait participer activement à la guerre civile en Ituri, une région du nord-est de la RDC, entre septembre 2002 et août 2003, dans le cadre d'un conflit armé.

Les affrontements interethniques et les violences entre milices pour le contrôle des mines d'or et d'autres ressources naturelles en Ituri ont provoqué la mort de 60.000 personnes depuis 1999, selon des ONG humanitaires.

Régie par le Statut de Rome entré en vigueur en 2002, la Cour est le premier tribunal pénal international permanent chargé de juger les auteurs présumés de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Elle est entrée en fonction en 2003.

Le procès de Thomas Lubanga, qui s'était achevé le 26 août 2011, avait été suspendu à plusieurs reprises, notamment en raison du refus du procureur de communiquer l'identité d'un intermédiaire chargé de retrouver des témoins.

Des enquêtes ont été ouvertes par la CPI dans sept pays, tous situés en Afrique: Ouganda, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Darfour (Soudan), Kenya, Libye et Côte d'Ivoire.