Une année qui finit, c'est une pierre jetée au fond de la citerne des âges et qui tombe avec des résonances d'adieu(Firmin van den Bosch)
|
login
|
Email alertes
|
|
publicite
|
rss
Liberté provisoire rejetée des pro-Gbagbo
Le juge n'est pas un père Noël
Article publié le: 23 Décembre 2011 - Auteur: Séni DABO - Source: Le Pays
Les détenus proches de l'ancien chef d'Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, ne passeront pas Noël à domicile. Ils ont vu leur requête de demande de remise en liberté provisoire rejetée dans l'après-midi du 21 décembre 2011 par la chambre d'accusation de la cour d'appel d'Abidjan à l'issue d'une audience à huis clos. Motif invoqué : les détenus n'ont pas le droit de faire appel des différents actes de la procédure. Cette décision a refroidi la joie de leurs proches qui s'attendaient à les accueillir à bras ouverts, pour les fêtes de fin d'année. Il n'y aura donc pas d'effusion comme ce fut le cas lors de la libération provisoire de la première vague de vingt détenus pro-Gbagbo par la même chambre, le 9 novembre 2011. On attendra de voir ce que le pourvoi en cassation va donner plus tard. Mais pour le moment, les détenus de la deuxième vague passeront les fêtes de fin d'année derrière les barreaux. Le juge n'a pas voulu jouer les pères Noël généreux, accordant des remises en liberté provisoire à tout va. A-t-il fait deux poids deux mesures avec cette décision, étant donné que c'est la même juridiction qui a accordé la liberté provisoire à d'autres pro-Gbagbo détenus pour des infractions commises à la faveur de la crise post-électorale ? Avec un peu de recul, on ne peut pas répondre par l'affirmative à cette question. La qualité des détenus de la deuxième vague y est pour quelque chose dans la prise de cette décision. En effet, il ne faut pas perdre de vue que ceux qui demandaient à jouir de leur liberté de mouvement ont pour noms Simone Gbagbo, la toute puissante ex-première dame de la Côte d'Ivoire ; Pascal Affi N'Guessan, ancien Premier ministre et président du parti de Gbagbo (FPI) ; Alcide Djédjé, ancien ministre des Affaires étrangères ; Gilbert Marie Aké N'Gbo, dernier Premier ministre de Gbagbo, etc. Bref, des proches parmi les proches du président déchu, des membres du premier cercle. Au regard de leur qualité donc, la justice ivoirienne a dû y regarder à trois reprises. Ce qui, visiblement, n'a pas été le cas des détenus de la première vague que l'on peut considérer comme des seconds couteaux, des poids légers, des petits poissons. Il ne faut donc pas être beaucoup étonné que la liberté provisoire n'ait été accordée à aucun de ces détenus d'un genre particulier. S'offusquer d'une telle situation, c'est oublier que la liberté dans cette situation particulière, ne peut être systématiquement accordée. Elle est accordée suivant des conditions bien précises dont l'une d'elles est la garantie que le bénéficiaire ne prendra pas la clé des champs. Il y a aussi un aspect à prendre en compte qui est l'absence ou le risque de trouble que peut provoquer une libération provisoire aussi pour la société que pour le détenu lui-même. Certes, des dispositions peuvent être prises pour que ces pro-Gbagbo de premier plan, accusés, entre autres, de détournement de deniers publics, de concussion, d'atteinte à l'économie, ne se soustraient à la justice. Mais on ne peut pas être certain qu'une fois dehors, ils ne vont pas jeter de l'huile sur le feu avec des déclarations incendiaires dont beaucoup d'entre eux sont coutumiers. L'autre point d'incertitude est la propre sécurité des intéressés. De simples citoyens, qui ne font pas la part entre liberté provisoire et acquittement, peuvent crier à l'impunité, à l'injustice et s'en prendre à eux pour se venger. La justice ivoirienne doit donc se hâter lentement dans ses procédures pour qu'il y ait un procès à l'issue duquel ces détenus pro-Gbagbo seront situés sur leur sort.

Séni DABO
Les réactions
 
Akobla  a écrit
25 Décembre 2011 05:03:59
Photo pathétique ! Couple diabolique.
 
Forestier De Lahou  a écrit
23 Décembre 2011 07:16:26
"Le juge n'est pas un père Noël"... mais le gros problème, c'est que les LMP (Les Mauvais Perdants, Les Menteurs Patentés, etc.), eux, ils croient au Père Noël !